top of page

Anatomie d'une Couverture

La semaine dernière j'ai eu le plaisir de réaliser la couverture d'un roman jeunesse pour la formidable Nastassja (alias N.H.Fulda). Entièrement illustrée cette couverture m'a donnée un peu de fil à retordre, principalement parce que les délais étaient un peu serrés : le devis a été signé fin juillet et la livraison devait intervenir fin Aout (le 28 au plus tard pour être précise) pour une mise à disposition Amazon au 31 Août.


Car oui, Amazon réclame un délai de 72h pour la mise en ligne de votre ouvrage (dans les faits ça tourne plutôt autours de 48h j'ai l'impression, voire parfois moins mais bref). Si vous misez sur l'auto-édition, prévoyez bien ce délai dans votre planning et ne manquez pas de le répercuter sur la date de livraison annoncé à votre graphiste/illustrateur afin qu'il puisse s'organiser.


Fin de l'aparté


Je vous propose aujourd'hui de revenir sur la création de cette couverture et de vous révéler les dessous de chaque étape, du brief de départ jusqu'à la version finalisée.


Le Brief

En juillet dernier, Nastassja est venue me contacter sur Instagram pour prendre quelques renseignements. Elle me demande notamment si j'ai un site web. Oups à l'époque, il est encore en construction justement mais nous échangeons sur Instagram. On parle du prix, du délai (gloups je la préviens que ça va être tendu, surtout avec mes vacances en plein milieu du mois d'aout) du public cible, du style...


Nastassja me partage son tableau pinterest avec des inspirations, des choses qui lui plaisent... Elle a même bricolé une composition rapide pour me montrer ce qu'elle aimerait voir figurer sur la couverture. Elle me décrit donc quatre enfants de dos (une fille et trois garçons) face à un chemin menant vers une forêt et un autre chemin qui va vers une tour médiévale, et si possible, un livre à couverture de cuir posé sur le sol.


Le roman est du genre fantastique et se destine à un public jeunesse (les héros ont entre 9 et 13 ans ce qui indique en général un public 9+)


La plupart des romans jeunesse sont entièrement illustrés, colorés et représentent effectivement les personnages sur leurs couvertures. Je sais donc d'avance qu'il va falloir me préparer à faire une illustration assez poussée, avec quatre personnages, un décor et une atmosphère fantastique. Pas de la tarte donc, mais qu'à cela ne tienne, c'est un défi j'aime les défis, et je rédige un devis que Nastassja signe. Un peu avant la fin du mois de Juillet, je reçois son acompte : le travail peut commencer.


Première étape : L'esquisse

À chaque nouveau projet, je commence par faire une recherche d'inspiration et de références. Je me crée donc un tableau pinterest à mon tour avec des photos mais aussi des couvertures et des illustrations que je trouve belles, intéressantes et que je peux relier aux thèmes de l'autrice. Vous pouvez retrouver ce tableau complet via ce lien.


Voici un extrait choisi des images qui m'ont le plus inspirées :

Une fois que je me suis nourrie de ces superbes images, je commence à tester des compositions en noir et blanc. Parfois cette étape est faite en croquis, parfois en masses, ça dépend beaucoup du sujet, du style souhaité et de la technique que je vais appliquer ensuite... Et aussi un peu de l'intuition: parfois je sais que je vais avoir besoin d'un croquis très précis et parfois que je vais plutôt avoir besoin de détacher les différents plans en amont.


Le but de l'esquisse n'est évidemment pas d'avoir quelque chose de final ou de joli. Il s'agit surtout de travailler la composition, de trouver celle qui aura le meilleur équilibre et de vérifier que l'image sera lisible en terme de valeurs:

Ça permet également à l'auteur de préciser certaines choses : par exemple au début j'avais misé sur une ambiance de nuit alors que ce n'était pas du tout l'atmosphère du roman.


Je réalise toujours la piste imaginée par l'auteur en priorité mais je propose également des variations ou des améliorations quand je pense que ça peut dynamiser l'image et la rendre plus impactante. Sur la piste 2 par exemple, j'ai proposé de créer un effet de contre-plongée sur les enfants pour maximiser la taille de la tour, la rendre plus menaçante et écrasante. Sur la dernière piste qui a été celle validé, on a placé les enfants directement dans le décor de la forêt pour installer immédiatement une atmosphère.

Je vérifie aussi dans les grandes lignes que les compositions fonctionneront avec une mise en page :


Deuxième étape : Le croquis

J'appelle cette étape le croquis mais en réalité il s'agit plutôt de peaufiner l'esquisse pour en faire une version plus précise. On rajoute quelques détails, on fait les derniers ajustement de composition... Ça ne veut pas dire que ce sera forcément le dessin final car il y a encore beaucoup de travail et certaines choses sont encore susceptible de bouger mais c'est ce qu'on pourrait appeler notre "base" définitive.

Ici j'ai surtout clarifié les différents plans de la forêt et modifié les postures et placement des personnage pour qu'ils soient moins "statiques" j'ai aussi fait en sorte que l'héroine se tourne vers nous pour créer une sorte "d'invitation" à l'aventure.


À cette étape je commence aussi à tester des titrages et à travailler la typographie pour vérifier que je ne vais pas avoir de gros problèmes de lisibilité.

Troisième étape : La couleur

Avant d'attaquer la colorisation de l'illustration, je fais quelques tests qui me permettent de visualiser plusieurs ambiances de couleurs et de lumières. Parfois ces ambiances restent proches parfois elles changent totalement la perception de l'illustration. Par exemple ici, une ambiance bleuté donnait immédiatement un aspect "nocturne" à l'image, alors que je n'ai rien touché en terme de lumière :

Ce premier brouillon de couleur est soumis à l'auteur et une fois qu'on s'est mis d'accord sur la piste à suivre, il ne me reste plus qu'à peindre. Je fais d'abord une colorisation indirecte (c'est à dire en colorant les valeurs de gris déjà posées à l'étape du croquis) :

Puis, progressivement je passe en colorisation directe, c'est à dire que je peins directement les couleurs par dessus cette base pour enrichir la palette, apporter des détails et de la texture :

C'est l'étape la plus longue de tout le processus, et pourtant l'essentiel est déjà là. Le boulot de détail et de finalisation est de loin le plus chronophage (mais aussi le plus sympa). J'ai par exemple passé un samedi entier (et un petit bout de dimanche) rien que sur les détails d'écorces d'arbres.


Et voici la version finalisée :


Quatrième étape : La maquette

Une fois l'illustration terminée, il faut la placer dans le gabarit de l'auteur et caler les titrages et les mentions légales. Bon, dans les faits cette étape est réfléchie bien en amont et je passe sans arrêt du fichier indesign où se trouvent la maquette et les texte à photoshop pour toujours vérifier que mes couleurs ne gênent pas la lisibilité et que je ne passe pas un siècle à peindre un micro-champignon qui sera de toute façon caché par le code barre (hem)


Voici ce que donne la couverture finalisée à plat et avec les fonds perdus :


Et voilà, vous savez tout ! Ensuite je converti les fichiers aux bons formats, je fait les cadrages nécessaires aux ebook et je livre le tout.


Le roman est prêt à vivre sa petite vie de livre.


69 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


avracboite
Jun 18, 2023

Merci beaucoup pour cet article, c'était super intéressant !

Like
bottom of page